Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 15:32

 

 

Elle rentre dans la pièce, enlève ses chaussures, ses chaussettes. Elle baisse son pantalon et le pose soigneusement sur une chaise. Elle fait de même avec son tee-shirt et sa culotte. Elle prend tout son temps pour se déshabiller. Ses gestes sont extrêmement lents. Elle retarde le moment de se retrouver complètement nue. Seulement, ce moment arrive forcément, à chaque fois. Au moins, maintenant, il la laisse retirer ses vêtements elle-même. Il est là sur le lit. Il attend. Puis, au moment où il commence à lui donner son premier ordre, elle ferme les yeux et s’exécute.

La première fois, elle avait crié, elle s’était débattue et il l’avait finalement bâillonnée. Il avait ensuite trouvé les arguments pour la faire taire. Depuis, elle se contente juste de fermer les yeux. Elle ne prononce pas un mot, ni même un son, elle ne pleure plus malgré la douleur fulgurante qui la transperce quand il entre en elle. Tandis qu’au dessus d’elle il gémit, elle ne fait plus attention à rien. Elle oublie le balancement de ces interminables va-et-vient, le contact de ces sales mains sur son corps. Elle pense. Elle pense à ses copines qui doivent surement être en train de regarder la télé ou de s’amuser. Elle revit dans sa tête des passages de ses livres préférés, elle invente des histoires, elle imagine des clips pour des chansons qu’elle écoute. Elle s’évade. Parfois, la douleur est trop intense alors elle prie pour que quelqu’un entre ou que tout simplement il s’arrête. Les fois où, avant de la pénétrer, il lui demande de tenir son membre, elle hésite à lui tordre voir de le mordre quand il lui fourre dans la bouche. Elle déteste cette chose. C’est énorme et un liquide immonde, poisseux en sort. Pourtant, quand cette substance est éjecté, cela signifie la plupart du temps la fin de son supplice.

D’ailleurs, c’est le moment. Elle l’entend jouir et sort de ses rêveries. Il se laisse retomber de tout son poids sur elle et là, elle attend. C’est bientôt fini, elle en jubilerait presque. Il se redresse, se retire et s’allonge à côté. Elle se lève, prend un mouchoir pour essuyer l'immondice qui coule le long de ses cuisses, puis se rhabille rapidement. Elle s’assoit ensuite contre le mur les jambes repliés contre son menton. L’autre commence à se lever et remettre ses vêtements. Elle ne le regarde pas. Il s’apprête à lui parler mais un « On passe à table ! » l’interromps. Elle se précipite hors de la chambre. 

Dans la salle-à-manger, sa mère, son oncle et sa tante ainsi que leurs autres cousins sont déjà installés. Personne ne remarquera rien. Malgré tout, elle sourit. A côté de sa chaise, se trouve une pile de cadeaux pour son neuvième anniversaire.

 

C'est cru. Malheureusement, ce genre de choses arrivent tous les jours sans que quiconque ne s'en rende compte.

 
 

Partager cet article
Repost0

commentaires